Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sortie Maramoye - Mesure du CO2 - 25/01/2016

Publié le par gasclub83

Rédigé par Stephane Wentzel

"On va prendre des mesures de CO2 !"

Hein...Quoi ! Ah ouais... Ce fameux gaz qui nous avait contraint à rester dans le premier puits, fort impressionnant de taille et de verdure par ailleurs, lors de ma première tentative de descente dans le trou de Maramoye !
C'était ma première expérience de spéléo. Elle fut suivie pas longtemps après par le trou de la Castelette pour une sortie bien plus complète techniquement. Voilà pour mon CV spéléo !!

Alors, quand l'alarme de l'appareil de Lolo a retenti, nous signalant un taux de CO2 trop élévé, ma perception des choses à comme qui dirait changé en un instant !!!
Bon, il faut dire que depuis deux heures tout allait bien, il faisait bon à 80m sous terre et le décor était grandiose... Des drapés superbes, des stalactites géantes, des failles sombres dans lesquelles Fred nous embarquait allégrement en équipant les voies ! Génial... J'étais ravi !

Et puis, ce son....strident dans ce ténébreux silence, issu de la technologie qui me ramène "recto" à la réalité !!!
"Merde, du CO2... Hein ? 2,6 ! Quoi ?? C'est grave ?? ".
Juste avant ces fameuses étroitures dont j'entends parler Lolo depuis 10mn.

"Non, tu risques rien !".
Sauf que moi, des étroitures, j'en ai jamais passé ! Et encore moins avec un taux d'oxygéne dans les chaussettes !!
"Puté... Mais comment il a pu passé Lolo là-d'ans? Il a pas des épaules de couleuvre pourtant. Bon, j'essaye par les pieds !"
C'est là que tu n'apprécies pas à sa juste valeur les judicieux conseils de tes potes parce- que justement, de l'oxygéne dans ton cerveau, il y en a de moins en moins !!!
"Essaye pas de pousser la pierre, relâche toi, épouse le relief, essaye un bras devant, un derrière... !"
"Hiii... Haaan ! Bon.... Ben, vas-y Fred..." dis-je après deux tentatives en essayant de récupérer quelques pulsations qui me font vraiment défaut tout d'un coup ! J'ai l'impression d'avoir des poumons de moineau !!!
Voilà pas que le Fred, il passe en deux temps-trois mouvements !!! Par ce p'tit trou de rien du tout... Je n'ai toujours pas récupérer... J'y vais quand même et imite Fred au millimètre... Ouuuuch...Ca passe cette fois!
Je suis content mais inquiet car mes poumons me donnent l'impression de ne pas fournir assez d'air à mon organisme... Et pourtant, j'suis à bloc !
Les deux autres étroitures sont plus faciles "techniquement" mais j'ai toujours les puls à fond et du mal à reprendre mon souffle ! Toujours 2,6% de CO2 ! Il me faut deux fois plus de temps que la normale pour récupérer! Vraiment bizarres ces effets du CO2. Je me demande quand même combien de temps je peux tenir à ce régime !?! Et là, Lolo te

Maramoye, le lundi 25 janvier 2016

balance avec son flegme : "Bon, faut pas rester trop longtemps exposer quand même !" "Hein, quoi !?!"
On continue la progression en se baladant à 140m sous terre avec, tout d'un coup, plus de facilité à respirer et les poumons plus "légers" ! Le taux de CO2 est redescendu comme par enchantement...

Il remontera au retour juste au niveau des étroitures à l'endroit le plus "stressant" pour moi !! Je m'attends à tomber raide d'un instant à l'autre sous l'effet du gaz mais non... Je survis !
Les dernières remontées sur corde sont bien physiques après ces 4h sensationnelles et nous sortons de ce trou béant avec satisfaction et bien rincés !!

Cette sortie spéléo fut une grosse expérience pour moi ! J'avais plongé en mer à 50m de profondeur, sauté d'un avion en parachute de 600m d'altitude mais prendre une dose hors norme de CO2 à 140m sous terre, jamais !!! Respect les spéléos et un grand merci à Lolo et Fred pour m'avoir initié à cette belle aventure pleine d'émotions et de sensations.

TPST : 4H30

Voir les commentaires

rampins

Publié le par Cathy

Participants:

Estelle, Fred, Noah, Mélina, Zette, Julien, Manon, Antoine, Laure, Franck, Clémence, Alice, Laure, Mika, Axel, Manon, Cathy, Tom, Ludo, Lucy, Kenzo, Monique, Lana.

 

Compte-rendu de la matinée spéléo du 24/01

« ça te dirait d’aller faire de la spéléo ?

  • C’est quoi ça maman ?
  • On va aller explorer une grotte.
  • Ouais !!! Tu crois qu’il y aura un trésor ? Moi je crois qu’il y en aura parce que les pirates, ils cachent leur trésor dans des grottes et puis il y aura aussi des diamants, et des pierres précieuses et… »

Ça a commencé comme ça. Et le 24 janvier, à 9h25, nous nous sommes tous donné rendez-vous à Solliès-Toucas. Pour une fois, personne n’était en retard. Dans le froid du matin, nous avons formé un cortège et pris la direction de Méounes, plus précisément de la grotte des Rampins.

Arrivés sur place, grelottants, nous nous sommes équipés de combinaisons, de casques et de bottes. Les enfants trépignaient d’impatience, en file indienne devant les organisateurs, attendant, sagement malgré tout, leur casque surmonté (ouaouh !!!) d’une petite lampe. Puis, nous avons entamé la descente vers la grotte, ponctuée de « c’est là la grotte ? Est-ce qu’il y aura des os de dinosaures ? Des diamants ? Des pirates ? ».

L’entrée de la grotte s’est enfin montrée… Ouahhh !!! Il a fallu rappeler quelques recommandations : on ne court pas dans la grotte, on ne crie pas, on reste près des adultes… « Oui ! Compris ! ». Deux minutes après, les enfants étaient tous en tête du groupe, avec deux adultes qui tentaient de les freiner quelque peu ; le reste des parents suivait derrière, chacun essayant de repérer où était son bambin.

Glissades, escalades, traversées de flaques avec les plus petits dans les bras ses sont succédées… et nous nous sommes retrouvés dans une grande salle. Emerveillés, les enfants n’attendaient qu’une chose : le feu vert pour continuer leur exploration. Nous avons donc continué à avancer, en prêtant attention à toutes les « sculptures » creusées par l’eau, des « concrétions » nous a appris Laure.

Est ensuite arrivé le moment de la pause, le moment de faire le point sur les impressions de chacun, de boire un peu, et de se séparer en deux groupes : ceux qui ont décidé d’arrêter l’exploration, notamment pour les plus petits qui commençaient à fatiguer, et ceux qui ont décidé de poursuivre l’aventure, dont nous faisions partie.

Les enfants toujours devant, nous avons donc suivi les méandres de la grotte, jusqu’à un passage très étroit, qui en a impressionné plus d’un, puisque nous avons dû le franchir en rampant sur le ventre pour ensuite nous retourner et glisser pieds en avant en bas d’un rocher. Ce passage moins aisé nous a permis d’arriver dans une autre salle, beaucoup plus grande que la précédente. Là, nous avons marqué un arrêt et Laure nous a plongés dans le silence et l’obscurité pour écouter la grotte. Moment inoubliable, dans une obscurité totale. Après quelques questions à notre guide sur sa passion pour la spéléo, nous avons pris le chemin inverse et  sommes remontés retrouver le reste du groupe.

Les enfants changés (Laure n’ayant pu s’empêcher de sauter à pieds joints dans la flaque autour de laquelle ils s’étaient arrêtés, pour leur plus grand plaisir !), chaque groupe a fait le récit de sa propre remontée… Et nous avons appris que le premier groupe avait fait une rencontre quelque peu saugrenue dans la grotte… une chèvre ! Adultes et enfants, tous échangeaient leurs impressions avec des étoiles dans les yeux et l’envie d’y retourner très vite.

Après un bon pique-nique, nous avons remercié les organisateurs de la sortie, et nous sommes tous rentrés pour un repos bien mérité.

« Maman, c’est quand qu’on refait de la spéléo ? »

rampins
rampins
rampins
rampins
rampins
rampins
rampins
rampins
rampins
rampins
rampins

Voir les commentaires

Cyclopibus c'est reparti

Publié le par gasclub83

le 17 janvier 2016

Lieu : siou blanc

Participants GAS : Franck et Laurent

Depuis le déséquipement en septembre 2008 concluant de longs mois de travaux, de recherches et la découverte de la Loulou river puis du torboyau à -376m, l’envie d’y retourner pour continuer était plus forte chaque année.

Il reste 5 mois avant la fermeture du plateau. Allez feu c’est reparti. Préparation du matos le samedi. On prend uniquement la corde de 10mm rouge sachant qu’elles vont être sollicitées.

Peu de candidat pour cette sortie équipement. C’est donc avec 5 kits biens remplis que l’on s’engage dans ce trou mythique (pour rappel, le plus profond du var, record détenu par le GAS). Franck part à l’équipement avec 2 gros kits, je le suis péniblement. La plupart des amarrages sont inutilisables et l’équipement est compliqué. Au bas du puits François, pause sandwich. Je prends le relais à l’équipement jusqu’au gros palier du P160 (plus de corde). Je place les plaquettes. Il n’y a plus qu’à fixer la C60 restée au club (6 kits ça faisait trop).On profite de la remontée pour reprendre et peaufiner l’équipement. Dans le P30 alors que je place une dev, j’entends Franck derrière la paroi. Je l’appelle, il se retourne, je vois alors son éclairage (et réciproquement). C’est la confirmation que l’on peut shunter l’escalade avec assez peu de travail (1,5m de faille à élargir).

On sort à 19h dans la froideur du vent glacial et on trace en pensant à la bière et à l’éclair au chocolat bien mérites. Mais dans la précipitation on perd le chemin et après 5mn de marche il faut se rendre à l’évidence : On est paumé !!!! Après 30mn de tentatives désespérées on commence à flipper : La température est négative, le vent violent et on est en Bury. Dans les années 90 cette mésaventure m’était déjà arrivé avec Pacé et l’étoile polaire nous avait guidée. Mais ce soir la grande ourse n’est pas visible. Je grimpe en haut d’un grand pin, je repère ce que je pense être le mont Caume et éclaire vers la route pour indiquer la direction à Franck. On trace tout droit. C’était bien le mont Caume. On rejoint le camion frigorifié (non pas frigorifique).

Objectifs :

- Terminer l’équipement jusqu’au fond

- Replanter pas mal de spits

- trouver du monde motivé pour travailler au fond

- Elargir la faille pour shunter l'escalade

 

Pour info il y a un nœud de jonction en plein milieu du P160. Ames sensibles s’abstenir.

TPST 9h

TPARCPDC 1h (l’apéro à celui qui trouve la signification)

Laurent

Cyclopibus c'est reparti
Cyclopibus c'est reparti
Cyclopibus c'est reparti

Voir les commentaires

mines spécial enfants

Publié le par laure

oui, oui, je ne me casse pas trop la tête pour faire cet article, mais il est tellement bien écrit en suivant le lien suivant (merci maman;-)):

http://rando-speleo-canyon.overblog.com/2016/01/mines-de-bauxite.html

Voir les commentaires

la mefiue

Publié le par Christian

La Méfiue (prononcer Mé few)

Pour bien commencer l’année

Pour commencer au mieux l’année, le dimanche 3 janvier 2016, K-Rine (prononcer Carine), Léa, LiLI et Christian sont descendus découvrir ou redécouvrir la Méfiue - Sainte Beaume, sous la direction experte de Franck.

Camp de base Quechua

L’abri de «La Cayre»,

Altitude 25 marches d’escaliers

TriangulationGPS :?

Il faut dire que Fred et moi, nous nous sommes perdus sur l’axe principal Nans – Plan D’aups, oups …

Fallait le faire, on l’a fait.

J-1: veillée

Un repas «frugal» et fraternel - Raclette Cheese Party - qui a nourri son homme en calories, en échanges et en amitiés, sous les fermes boisées et les poutres apparentes de la salle de vie.

Intérieur nuit

Une très bonne nuit confort **** passée collectivement, dans un concert symphonique de ronflements, de grésillements, de chuchotements, de gargouillements, de borborygmes et de gargouillis. Les cloisons toilées des tentes n’y feront rien.

Une nuit à poêle à granulés. La chaleur là.

Petit matin

Nous voilà tous en pleine forme

Le groupe constitué d’une bonne vingtaine de personnes sur 3 générations, s’est peu à peu réveillé, a déjeuné, a débarrassé, s’est préparé et s’est disloqué.

La 1ère moitié de retour chez eux après un trou la veille, la 2ème moitié pour une balade dans la campiña glaciale de la Sainte Baume, la 3ème moitié pour des trous (pour nous, partis pour la Méfiue dont je ne me méfie pas.

L’approche

Tandis que Franck installe l’entrée du puits, nous nous préparons tranquillement autour des voitures. Ca glaglate sévère : 2°

L’approche est fulgurante, à peine 5’.

La descente

Il est 11H00.

Franck nous breafe sur les éléments de sécurité.

K-Rine, plus expérimentée, assurera l’acheminement du Kit Bag Transport. Avec moi, ça lui fait 2 boulets …

Les filles sont à l’aise.

Le site est de toute beauté: Stalactites, fistuleuses, draperies, concrétions, petits méandres, puits,

Grands Volumes …

Nous enchaînons les puits. Le trou noir est troublant.

Il fait bon!

Au fond

Franck nous explique les travaux de désob.

LiLi et Léa s’émancipe et disparaissent toutes les 2 dans une étroiture, sans nous calculer.

De retour, on fait sur leur demande, 1 minute de silence dans le noir.

Moins 60 mètres.

La remontée en Crawl

Ça brasse!

Petit collation de barres chocolatées, c’est K-rine qui sustente!

Puis c’est l’heure d’attaquer la remontée.

Ça pompe, ça pompe! Pantins accrochés à un bout de ficelle!

Les 2° sont loins! on transpire et le cardio s’emballe.

Patient, pédago, sécurisant, Franck nous accueille au sommet de chaque puit et nous conseille.

Encore quelques coups de pédales et nous voilà dehors. On sort les uns après les autres comme des petites marmottes.

Laurent est là. Il est rassuré. Il nous a trouvé long. On n’a pas vu le temps passer.

Il est 16H.

Debreaf

Autour d’un léger pique nique, on debreafe, on prolonge aussi le plaisir de cette belle expédition.

Le crépuscule d’hiver se pointe. Il fait 2°. On se sépare, le plaisir de nous retrouver bientôt.

Merci à Franck et à K-Rine de nous avoir permis de vivre ce joli moment.

Christian et LiLi

la mefiue
la mefiue
la mefiue
la mefiue
la mefiue
la mefiue
la mefiue
la mefiue

Voir les commentaires

petit saint cassien

Publié le par Laure

Participants: Carine, Fred, Estelle et Laure

Commençons par retrouver l'entrée: OK

Pique-niquons: OK

Equipons-nous en évitant les gouttes de pluie: OK

La descente peut commencer.

"Mais put..., pourquoi j'ai pas fait ce trou avant....c'est trop beau!" dixit Carine

petit saint cassien
petit saint cassien
petit saint cassien
petit saint cassien

Et merdouille, une corde trop courte...on équipe autrement et ça passe. Ouf!

On va jusqu'à l'entrée du petit méandre.... on a du mal à tenir Estelle et Carine qui commence à souffrir d'une certaine ivresse des profondeurs.

petit saint cassien
petit saint cassien
petit saint cassien

ou peut-être est ce dû au rhum qu'Estelle planque en permanence dans sa combi....mais non, je ne te traite pas d'ivrogne....mais quand même...

petit saint cassien
petit saint cassien

Tu m'étonnes qu'après ça les ficelles des kits n'en fassent qu'à leur tête!

petit saint cassien

Voir les commentaires

LA MEFIUE encore!

Publié le par Julien

Lieu: St Baume

Participants:

Laurent, Julie, Eléa, Christophe et Julien

 

            C'était un samedi, l'année 2016 venait à peine de pointer son nez, le ciel était gris et le fond de l'air un peu frai. On m'avait donné rendez-vous avec un dénommé Laurent sur un parking à la périphérie du Pradet. J'arrivai pile poile à l'heure!

 

            Sur place je fis la connaissance du fameux Laurent, ainsi que la jeune Julie et sa copine Eléa, accompagné de Christophe leur prof de judo. Laurent pris place à mes côtés, les filles montèrent avec leur prof de judo préféré! C'est parti, direction la Sainte Baume!

 

            Le secteur semble dessert, mais Laurent remarque la voiture d'une autre équipe de spéléo partie visiter le Petit Saint Cassien, il m'indique où nous garer. Après s'être équipé nous le suivons tous les quatre sur une cinquantaine de mètre à travers la garrigue, jusqu'à une jolie petite clairière, à l'orée de laquelle se trouve l'orifice tant convoité, La Méfiue!

 

            Laurent installe la corde pour descendre et nous explique qu'actuellement des spéléos travaillent à désobstruer un boyau au fond de l'aven. Il est 14h30, tour à tour, nous descendons le premier puis profond de 6m50, et après un petit passage étroit à l'horizontal, élargi par la main de l'homme, les puis s’enchaînent P6, P9, P13, P25.

 

            La descente est un pur plaisir, les puits sont larges et les parois de cette cavité sont de toute beauté, ornées de concrétions aux formes et aux couleurs variées allant du blanc au cramoisi en passant par l'ocre et constellées de cristaux qui luisent dans le faisceau de nos lampes! Ici une carotte géante, là un orgue... C'est magique!

 

            Nous nous retrouvons tous en bas du P25 dans une grande salle à -68m, de laquelle pars le boyau en cours de désobstruction, après une courte pause, nous prenons le chemin du retour! Et là pas la même chanson... Je ne peux m'empêcher de penser à mon régime des derniers jours, magrets de canard, sauce aux morilles, civet de sanglier, bûches glacés, chocolats, Gewurtz! Je pédale dans la semoule...

 

            Vers 18h30 nous sortons de terre, il fait carrément froid dehors, pendant que Laurent attend Julie et Eléa et déséquipe le premier puits, avec Christophe nous regagnons les voitures. Laurent nous averti, "Ne vous perdez pas! C'est tout droit!"... on a donc juste fait un léger détour, pour visiter. C'est beau la garrigue la nuit en hiver.

 

            Après s'être changés, nous rejoignons d'autres spéléos à l’abri de la Cayre, pour une soirée conviviale autour d'une bonne raclette!!! 

 

TPST 4H

 

Julien

Voir les commentaires